08/08/2011

2.3 Collaborateurs wallons de Vichy: Georges Thone, un des fondateurs du Rassemblement Wallon et précurseur du RWF; ...

Laporte Christian, Séparatistes jusqu’à l’extrême, Une étude explosive sur les rattachistes wallons proches du régime de Vichy, LS 23/01/2004

 

 

Jusqu' en janvier-février 1943, l'imprimeur liégeois Georges Thone, figure emblématique du

Mouvement qui présida plus tard le Grand Liège et qui fut un des fondateurs du  Rassemblement wallon, tenta de négocier le rattachement de la Wallonie à la France, alors vichyste, avant de verser définitivement dans le camp nazi.

Un dérapage aussi incroyable qu'incompréhensible pour le Mouvement wallon et les séparatistes sudistes dont le combat avait toujours été démocratique... Un écart d'autant plus surprenant enfin, que Thone fut aussi très proche de Wallonie libre, mouvement wallon de résistance par excellence. (…)

Le " hic " est que l'historiographie officielle sur Thone ne dépassa jamais le constat que celui-ci avait, effectivement, eu des contacts avec le gouvernement du maréchal Pétain dans le but

de faire part aux autorités françaises de l’état d ‘espritd es Wallons. (…)

Mais hastuin va netement lus loin : « (…) Il est collaborateur par conviction car il est aussi un éptainiste aveugle, un maréchaliste conaincu, un bourgeois conservateur qui adhère aux valeurs du régime sans se poser de questions. »

Dans la même veine, Hasquin situe aussi l'abbé Jacques Mahieu qui allait as'adresser à Philippe Pétain. Et égratigne d' autres compagnons de route qui ont, pour le moins,

hésité avant de rejoindre le camp des démocrates. (…)

Qui plus est, dans les documents mis au jour, l'historien a aussi retrouvé un chèque de

150.000 francs français versés par le régime via la banque Worms en avril 1943. Le malaise

n'en est que plus grand lorsqu'on découvre que Thone y fait une déclaration d'aryenneté sous serment.

 

(…) Wallonie libre, très francophile et rattachiste dans un premier temps, évolua cependant à

partir du constat qu'une bonne partie de l'opinion wallonne se sentait proche des Britanniques

mais aussi de de Gaulle. Pour se dédouaner le cas échéant de Thone et de ses amis ? Une certitude sous la forme d'une directive confidentielle mais qui n'a pas été détruite..., poursuit Hervé Hasquin : le directoire savait parfaitement ce que faisait l'imprimeur liégeois.

Mais l'historien a d'autres éléments accusateurs : Les amis de Thone ont continué à recueillir

des renseignements pour Vichy. Et cela alors qu'ils étaient bien informés du retournement de situation. L'aveuglement antibritannique et antibelge de Thone a conduit à l'incroyable. Libre à chacun de se battre pour ses idées politiques sur le terrain démocratique. Autre chose est de s'allier à gens peu respectables pour parvenir à ses fins... (…)

 

Sur son serment d'aryenneté et sa nationalité... française qui lui ont permis d'être aidé par le

pouvoir pétainiste : Le modèle de certificat d'aryenneté (...) stipule, en outre que je garantis sur l'honneur que je suis de nationalité française.: Je le suis en effet. J'espère que le futur traité de paix le reconnaîtra. (...) J'ai donc refait la déclaration dans ce sens, me reconnaissant tristement belge. (…)

 

A propos de la Résistance en Belgique que la collaboration assimile au banditisme : La série noire continue au pays. Il y a tous les jours une colonne pour les exploits des gangsters. J'ai l'impression que nous trouverons une drôle de mentalité lorsque nous rentrerons.

 

23LS23012004.jpg

Réaction d'un citoyen belge wallon, Roger Viroux:

"Mahieu et Thone, deux ordures d’inciviques, n’ont jamais été jugées.

Elles n’en donnent pas moins envie de vomir sur eux."

(Idem pour les collabos du Nord:)

"Récemment, à la VRT, j’ai vu un ancien kollabo, qui avait participé au massacre des patriotes et de leurs familles pendant la guerre à Meensel-Kiezegem, et qui ne s’en repentait pas.

Condamné à mort, il n’a jamais été exécuté ! (…)"

 

in : Knack Extra, 02/02/2011

(p.13-)

Historiek van de onafhankelijkheidsgedachte

Interview met Waals geschiedenisprofessor Hervé Hasquin

'Een onafhankelijk Wallonie is een zinloos project'

De mentale omslag in Wallonie is er gekomen met de grote staking tegen de eenheidswet van

Gaston Eyskens in 1960, zegt MR-politicus en historicus Hervé Hasquin. 'Op dat moment ben ik ook, als zeventienjarige, een aanhanger van het fédéralisme geworden.'

(…) Als minister-president van de Franse Gemeenschap publiceerde hij een ophefmakende studie (op basis van een koffertje met documenten dat op geheimzinnige wijze in zijn bezit kwam) over de collaboratie tijdens de Tweede Wereldoorlog van een groepje Waalse separatisten met het Vichyregime van maarschalk Philippe Pétain. Hasquins genadeloze blootlegging van een tot dan toe doodgezwegen, 'weinig glorieuze' episode uit de geschiedenis van de Waalse beweging, werd hem in Waalse militante kringen niet in dank afgenomen. De beruchte koffer zit inmiddels, tot groot jolijt van de hartelijk lachende Hasquin, veilig achter slot en grendel ergens in de gebouwen van de prestigieuze Académie royale de Belgique, waarvan Hasquin secretaris voor het leven is. Daarnaast is hij ook de vader van verschillende standaardwerken over de geschiedenis van Wallonië en de Waalse beweging.

 

A.M., Walenland, in: Delta, 3, 2004, p.22-23

 

Het is één van de mythes die in de Zuidelijke Nederlanden nog altijd de ronde doen: tijdens de Tweede Wereldoorlog heeft de 'Vlaamse' bevolking duchtig gecollaboreerd met de Duitse bezetter terwijl de 'Walen' hun strepen verdienden in het verzet. Die mythe lijkt nu stilaan te

worden doorprikt. ULB-historicus en voorzitter van de Franse Gemeenschapsregering Hervé Hasquin (MR, en dus een 'onverdachte' figuur) publiceerde onlangs een studie (1) waaruit blijkt dat een aantal wallinganten in de periode 1940-1943 toenadering zochten tot het Franse collaborerende Vichy-regime. Zij gingen pleiten voor een aanhechting van Wallonië bij het

Frankrijk van maarschalk Pétain. Wij vernemen o.a. dat er in Vichy een sectie bestond voor de "questions belges et luxembourgeoises au sein du Ministère des Affaires étrangères du Gouvernement de Vichy"

 

(p.23) Vooral Georges Thone, uitgever en drukker, liet zich daarbij niet onverlet. Thone is een van de centrale figuren in de Waalse Beweging. Deze demystificatie komt niets te laat. Wie er de in 2001 gepubliceerde Encyclopédie du Mouvement Wallon op naleest krijgt de indruk dat er in Wallonië enkel verzetshelden hebben geleefd. Léon Degrelle, die toch stelde dat de Walen Germanen waren, komt er niet in voor. (…)

 

(1) "Les séparatistes wallons et le Gouvernement de Vichy (1940-1943), une histoire d'Omerta", uitgegeven door de Académie de Belgique, 196 pag.

 

NB Ces agissements ont été (maladroitement) niés par 3 francophiles notoires:

Une lettre de François Perin /Liège/, LS 28/01/2004

de Wasseige Yves (Marcinelle), Les « collabos wallons », Le Vif 06/02/2004

Thayse Claude (Nivelles), Les «collabos» wallons, Le Vif 06/02/2004

 

21:39 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.